Django Unchained : l'audace musicale du maître fou.

Quentin Tarantino, génie cinématographique, est aussi un très grand amateur et connaisseur de musique.

La musique et cinéma font bon ménage. Le son permet à l'image de révéler des sentiments imperceptibles à l'oeil. Quentin Tarantino l'a bien compris. De Pulp Fiction à Inglorious Basterds en passant par Boulevard de la mort, la musique joue dans l'oeuvre de cet illustre réalisateur, un rôle prépondérant. Et plus encore dans la bande originale de Django Unchained, dont la critique est unanime pour dire que celle-ci se trouve être la plus aboutie du savant fou. 

 

Effectivement, dans ce film paru le 16 janvier 2013 en France, il revisite - et même - parodie le western. Pour ceci, il allie parfaitement des mélodies traditionnelles de ce genre cinématographique avec d'autres nettement plus contemporaines et a priori peu adaptées au western. 

 

C'est pourquoi, Tarantino fait appel dans un premier temps à Ennio Morricone, célèbre compositeur reconnu pour les bandes originales de nombreux films de Sergio Leone, notamment "Le bon, la brute et le truand" ou encore "Il était une fois dans l'ouest". L'italien apparaît donc comme le compositeur par excellence du western. "Un momento", titre spécialement composé pour Django Unchained reflète l'essence même de sonorités westerns à la fois prenantes et salvatrices. 

 

 

De la même façon, le titre de Jim Croce, à savoir "I Got a Name" de 1973, ne bouleverse en rien la plus pure tradition des westerns américains avec sa mélodie rock, blues et country. Nous pouvons faire le même constat avec le morceau "Trinity" tiré du western "On l'appelle Trinita" et réinterprété par "I cantori moderni di Alessandroni" (il s'agit d'une réinterprétation d'un des titres phares d'Alessandro Alessandroni). 

 

Toutefois, avec les morceaux tels que "Too old to die young" de Brother Dege et "Who did that to you" de John Legend, nous remarquons une évolution notoire. En effet, même si "l'essence western" n'est en rien chamboulée, ces morceaux sont l'adaptation d'une musique traditionnelle à aujourd'hui. Les mélodies collent par nature à l'esprit du film mais il est évident que la qualité sonore des arrangements se trouve améliorée, étant donné le perfectionnement technologique opéré depuis quelques années.

 

 

En revanche, là où Tarantino innove radicalement, c'est dans l'usage de genres musicaux totalement étrangers à l'esprit western. Même si cette utilisation plutôt opportune surprend, rien ne choque à l'image - et ce, même pour le plus puriste des spectateurs - preuve du génie du réalisateur.

 

La parfaite illustration de ce procédé reste le morceau "100 Black coffins" de Rick Ross. Il est vrai qu'entre deux passes d'armes de Django, interprété par Jamie Foxx, l'intervention sonore de l'imposant rappeur décoiffe quelque peu. Le rap est par ailleurs un genre musical très présent dans cette bande originale, puisque 2pac a également eu le droit à son "featuring" au côté de James Brown. 

 

 

Autre utilisation quelque peu étonnante, l'extrait du requiem de Verdi. À vrai dire, cette scène rappelle celle d'Apocalypse Now avec la chevauchée des Walkyries de Wagner. Ici, surgissent à toute allure dans les vallées de l'ouest Américain, des membres du Ku Klux Klan prêts à littéralement tuer tout étranger de couleur sur un fond sonore de musique classique.

 

Quoi qu'il en soit, la bande originale de Django Unchained demeure la plus élaborée et réfléchie de tous les films du maître Tarantino. Il ne s'agit pas de dénigrer la qualité musicale des BO de films tels que Reservoir dogs ou encore Jackie Brown - bien évidemment excellentes - mais il me semble que celle que nous évoquons en l'espèce est de loin la plus construite et la plus cohérente par rapport à l'objectif premier du film. Il faut dire que le genre cinématographique western s'y prête parfaitement. La caricature mais aussi à l'inverse, la destruction de clichés persistants du western à la "Rio Grande" de John Ford, sont plus facilement réalisables. Ainsi, grâce à ce film et notamment à sa bande originale, le western se voit dépoussiéré des clichés musicaux.  

 

NK

 

 

 

Autres titres phares de cette BO :