Le fabuleux monde de Yann Nguema

 

Il nous aura fallu patienter deux mois pour obtenir les réponses à nos questions. Ce périple nous aura toutefois permis de pénétrer dans le fabuleux monde de l'éminent membre du groupe Ez3kiel, à savoir Yann Nguema.


Crédit photo : Olivier Colas
Crédit photo : Olivier Colas

 

Après des études scientifiques puis de journalisme, Yann Nguema est entré dans le monde de la communication. Nul doute que ce mélange de formations est à l'origine de l'univers musical et visuel du groupe Ez3kiel. Mais avant d'être membre de ce groupe, par ailleurs constitué de Joan Guillon et de Stéphane Babiaud, Yann Nguema est d'abord un personnage atypique. Ceci nous permettra par la suite de comprendre réellement ce à quoi l'univers d'Ez3kiel correspond.

 

 

Effectivement, Yann Nguema, depuis maintenant deux ans, a stoppé sa fonction musicale au sein du groupe afin de se consacrer davantage au côté visuel et interactif de celui-ci. Ce nouveau rôle n'est en aucun cas secondaire, au contraire, il vient compléter le côté musical. Comme nous le rappelle l'intéressé, "l'image fait partie de l'ADN d'Ez3kiel". Il ajoute que "certains groupes font du reggae ou du hip hop" alors que eux font de la "musique avec des images". Il précise par ailleurs que "ce n'est pas un phénomène de mode ou de décor que l'on collerait à notre musique, c'est en nous". Ainsi, que ce soit sur scène, sur la pochette d'un album ou encore dans les clips vidéos, le groupe attache énormément d'importance à cet aspect visuel.

 

Au delà de cette identité, les influences artistiques visuelles elles-même de Yann Nguema sont tout aussi "inhabituelles". En effet, Yann Nguema aime tout ce qui est "étrange et anachronique". C'est à ce moment précis que nous entrons dans son merveilleux monde. Un véritable voyage initiatique dans le passé où l'on côtoie les technologies d'aujourd'hui. Comme si Wolfgang Amadeus Mozart avait composé ses célèbres symphonies ou concertos avec la technique électronique de Paul Kalkbrenner. En d'autres termes, un monde composé d'antagonismes artistiques. 

 

Jean-Louis Brossard, programmateur des Transmusicales a su flairer ce talent. C'est pourquoi, il a fait appel au Tourangeau afin de réaliser les affiches du très pointu festival pendant cinq années. Nous pouvons ainsi déceler de façon très concrète les influences multiples du graphiste au travers de ses réalisations. Yann Nguema est donc "simplement parti de l'idée de voyages et de découvertes" qu'il a pu par la suite "décliner". Ce magicien "travaille plus sur l'idée d'illustration que de communication pure et dure". Il admet même "être un mauvais communiquant". En revanche, Yann Nguema aime réaliser des "images où la poésie permettra à tout à chacun de s'étonner devant un visuel"

 

Ce quinquennat à la tête de la réalisation visuelle des Transmusicales a su faire voyager le spectateur dans un monde fantastique. En effet, de l'astronaute au vaisseau spatial en passant par la méduse, il y un véritable leitmotiv de légéreté dans ses visuels. Malgré, une atmosphère presque pesante avec des décors parfois sombres et nuageux, il est très marquant de souligner le côté aérien des éléments montés. Cet antagonisme est une nouvelle fois la représentation d'un univers "étrange" que véhicule Yann Nguema. Malheureusement, cette coopération a cessé étant donné le renouvellement de communication souhaité par le programmateur des Transmusicales. 

 

Bien plus encore, l'exposition "Les mécaniques poétiques" permet d'illustrer de façon plus flagrante le lien entre le visuel et la musique. L'artiste "a souhaité proposer au public un objet rassemblant l'ensemble des champs d'investigation du groupe Ez3kiel" à savoir le son, l'image et l'interaction. Cette exposition offre donc aux spectateurs douze installations sonores et visuelles éclairant parfaitement le délicat mélange entre habillages désuets et technologies innovantes que nous évoquons depuis le début de cet article.

 

 

À partir de ces éléments, nous pouvons désormais comprendre l'esprit et l'univers du groupe Ez3kiel. Il est ainsi très difficile de classer ce groupe dans un genre musical bien particulier. En réalité, même si beaucoup s'y prête, cette tâche est impossible et insensée. Peu de groupes allient autant de styles musicaux si différents. D'ailleurs, Yann Nguema "préfère parler d'atmosphère plutôt que de style", ce qui prouve la rupture nette avec le milieu musical. Ez3kiel est aussi l'un des rares groupes à attacher autant d'importance au côté visuel. Il n'est même pas exact de parler en l'occurrence "d'importance" puisque le visuel joue le même rôle que la musique, il semble donc plus juste de parler d'essence. 

 

Finalement, comme l'illustre le titre Naphtaline ou encore ci-dessous Leopoldine, tous deux issus de l'album The Naphtaline Orchestra, Ez3kiel est un voyage dans un monde parallèle merveilleux dont Yann Nguema est l'un des protagonistes. 

 

NK