Les musiques de campagne : le révélateur de la personnalité des candidats à l'élection présidentielle de 2012

Vous allez vraisemblablement vous demander ce que viennent faire les élections présidentielles sur un site de critique musicale. Et bien, à une semaine du premier tour, The 92 street s'intéresse aux musiques de campagne officielles des divers candidats - ou du moins ce qu'il en reste - en liste. 

 

J'en suis bien conscient, après une campagne présidentielle aussi effrontée, nous allons quitter un bon nombre d'entre vous sur ces quelques lignes, lassés, harassés d'une telle démagogie. Non, non et non, je ne céderai pas, cet article me tient véritablement à coeur.

 

Les musiques de campagne n'ont rien d'anodines et ne sont pas le fruit de la campagne actuelle. Effectivement, François Mitterrand avait déjà usé de cet outil lors de la campagne de 1981. Cependant, comme nous allons le voir, l'usage de cet instrument n'est pas systématique.

 

Effectivement, excluons d'ores et déjà Jacques Cheminade, Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, Nicolas Dupont-Aignan ainsi que le candidat centriste François Bayrou. Non pas en raison de mes convictions politiques, je me dois d'être impartial, mais pour la simple et bonne raison que ceux-ci n'ont pas pris la peine de réaliser une musique de campagne.

 

Excluons également Marine Le Pen, la candidate du Front National, qui s'est elle aussi passée d'une musique de campagne officielle. Il est vrai qu'utiliser la bande son d'un artiste et user de sa popularité pour véhiculer des idées politiques, le tout sans l'avis de celui-ci est bien plus facile. Je pense en effet au groupe Antibois M83 avec à sa tête Anthony Gonzalez. Ce dernier s'est en effet défendu de tout lien avec le parti d'extrême droite en publiant sur sa page facebook un démenti : "J'ai découvert avec horreur que le Front National utilisait Midnight City dans l'une de ses vidéos de campagne. Ils l'ont fait sans mon autorisation, et je suis consterné par leur manque de respect artistique".

 

 

 

Toutefois, d'autres candidats à l'élection présidentielle ont fait l'effort de composer eux-mêmes, à partir de leurs propres moyens, une musique de campagne. Cet instrument n'est pas un outil banal de communication. Il est bien plus, puisqu'il permet de révéler la philosophie, la personnalité d'un candidat et de rassembler des électeurs autour d'un parti politique, il est donc avant tout fédérateur.

 

La musique officielle de campagne du candidat socialiste François Hollande en est le parfait exemple. "Le changement c'est maintenant" bien qu'ultra simpliste est la musique du rassemblement. Elle ne révèle pas une façon de penser ou une philosophie d'un parti comme dit supra, en revanche elle permet d'unir les électeurs du parti socialiste sous une même bannière.

 

 

 

En revanche, la musique de campagne du candidat UMP, Nicolas Sarkozy, composée par Laurent Ferlet, ne l'est absolument pas. Elle n'est pas non plus révélatrice d'une philosophie du parti mais plutôt de la personnalité du candidat. On y remarque beaucoup d'énergie... En outre, on a le sentiment que la campagne du président sortant est un véritable combat individuel.

 

 

 

Quant au candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, l'état d'esprit de sa musique de campagne est radicalement opposé à ceux que nous avons pu décrypter précédemment. Le but avoué n'est pas le triomphe d'un homme ou encore celui d'un parti politique mais bien celui d'un programme. Sa musique de campagne est l'archétype musical d'une véritable lutte collective en l'occurrence contre la pauvreté. 

 

Ci-dessous la musique d'entrée des meetings :

 

Ci dessous la musique de la web-série du Front de Gauche :

 

 

 

De la même façon, la candidate écologiste Eva Joly dans son clip officiel de campagne reprend la mélodie du célèbre jeu vidéo "Final Fantasy". Pour expliquer notre propos, ce jeu-vidéo est un jeu de rôle qui se déroule dans un monde post-apocalyptique où la nature et la magie ont repris leurs droits sur la technologie et les machines. Ainsi, à l'instar du Front de Gauche, le but recherché est bien le triomphe non pas d'une femme, ni d'un parti, mais bien celui d'un programme.

 

 

 

 

En guise de conclusion, la marseillaise est sans doute la mélodie qui réunie le mieux nos politiques. Allez voter Dimanche 22 avril! Si vous souhaitez réagir à cet article, n'hésitez pas à laisser un commentaire infra.

 

NK

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    christine samuel (lundi, 30 janvier 2017 16:13)

    bonjour,
    je voudrais copier en sonnerie pou mon iphone la musique d'entrée de meeting de j.luc Mélenchon; Est-elle disponible ?
    Merci
    kristinesamuel@yahoo.fr