Interview du Super-Jesus Christ Fashion Barbe [Vieilles Charrues 2012]

Jesus Christ Fashion Barbe, l'un des groupes majeurs de la super-scène caennaise, jouait, pour la deuxième année consécutive, aux Vieilles Charrues l'été dernier. Il faut dire qu'avec leurs chansons "Lo-Folk n'Roll" (comme ils aiment le définir eux-même) et des prestations scéniques trépidantes, ils avaient tout pour gagner le tremplin des Jeunes Charrues et ainsi avoir le droit de venir rejouer au célèbre festival breton. Et si le barbe normande devenait l’accessoire "fashion" chez les super-héros musiciens? 

Pouvez-vous présenter votre super-groupe ?
Nicolas (Chanteur) : Alors notre super-groupe, il s'appelle Super Jesus Christ Fashion Barbe. Et moi, je suis Super-Nicolas, guitariste et chanteur.
Charles Antoine : Moi, je suis Charles Antoine, super-Batteur.
Nicolas (bassiste) : Moi, je suis Nicolas et j'ai une super-basse.

Quel est le super-pouvoir de votre musique ?
Nicolas (bassiste) : Le super-pouvoir de notre musique, c'est d'être de super copains depuis super longtemps. Et puis, notre musique est vive.
Nicolas (chanteur) : Dis donc, c'est super-latif ça. [Rires]
Charles Antoine : Elle a super-marché ta vanne !

Quel est votre super-mission ce soir auprès des festivaliers des Vieilles Charrues ?
Charles Antoine : Notre super-mission, c'était de profiter un maximum de ce moment qu'on attendait depuis super-longtemps puisqu'on était le premier groupe programmé cette année. On avait justement un peu la crainte de ne pas apprécier ce moment. Mais ça n'a pas été le cas. On a pris beaucoup de plaisir et du coup, on est super-content !
Nicolas (chanteur) : Et de sauver le monde bien évidemment.

Si vous aviez le pouvoir de remonter le temps, à quelle époque auriez vous voulu jouer votre musique ?
Nicolas (bassiste) : Alors, la première partie de Nirvana avec Sonic Cuth en fin de soirée et Jim Morrison en guest dans les loges. Je ne sais pas si c'est une super-période mais ça m'aurait fait super-plaisir.
Charles Antoine : Moi, le problème, c'est que j'ai exactement les mêmes goûts que Nicolas donc c'est la même chose pour moi !
Nicolas (chanteur) : Je ne sais pas . J'aurai peut-être aimé jouer en noir et blanc en Super-8. [Rires]. Elle est super celle-là quand même !

Si vous étiez un groupe de super héros, quel serait le groupe super-vilain, dont vous ne comprenez vraiment pas le succès actuel et dont vous n'aimez pas la musique?
Nicolas (chanteur) : SUPERpoze.[Rires] C'est pas le cas mais je voulais sortir son nom.
Charles Antoine : Non, moi, j'aurai dit Rodrigo y Gabriella parce que c'est vraiment de l'escroquerie.
Nicolas(bassiste) : Généralement, les gens qui ont un peu de pouvoir et qui mettent de l'argent uniquement là ou ils vont en gagner. Ils font croire à des gens qu'ils sont super-forts. Virgin, NRJ, tout ça...

Et si vous aviez le super-pouvoir de persuasion, quelle question obligeriez vous les journalistes à vous poser ?
Nicolas (chanteur) : « Pourquoi faites-vous de la musique ? » C'est difficile d'y répondre mais c'est vrai qu'on nous la pose jamais. Les gens sont plus intéressés par le nom du groupe.
Charles Antoine : Est-ce que vous avez de la beuh ? On nous la pose jamais. Je peux vous poser la question d'ailleurs ?

Si vous aviez le super-pouvoir de téléportation, où joueriez-vous ce soir ?
Nicolas (chanteur) : Au PMU
Nicolas (bassiste) : Moi, à l'île de Wight.
Nicolas (chanteur) : C'est une question super-« bâtard » parce qu'on est aux Vieilles Charrues déjà aujourd’hui...
Nicolas (bassiste) : Oui, si on pouvait remonter le temps de 3h pour rejouer, ça serait super plus cool !

Si vous aviez le pouvoir de persuasion, quel groupe inciteriez vous nos lecteurs à découvrir d'extreme urgence à nos lecteurs ?
Nicolas(bassiste) : Les Clockwork of the Moon et Kim Novak mais juste parce que le batteur est là ! J'aime beaucoup Crane Angels aussi avec qui on a déjà joué.
Charles Antoine : Je voulais dire les Clockwork mais Nico l'a dit donc Jeanne Added, une chanteuse parisienne qui fait des trucs vraiment mortels.
Nicolas (chanteur) : Moi, je vais dire Marie Madeleine parce qu'il est super-cool.

Et si on vous donnait la super-mission de sauver l'industrie musicale de la crise, comment vous-y prendriez-vous?
Nicolas(bassiste) : C'est pas mal comme question ! On y avait pas réfléchi mais en partageant plus les recettes des Johnny et des Jean Louis Aubert.. Et avec l'argent, on ferait un studio où des groupes pourraient venir enregistrer des chansons la journée et repartir un disque en une cinquantaine d'exemplaires qu'ils pourraient donner à leurs concerts.
Charles Antoine : Moi, déjà, j’arrêterai le concert de Garbage instantanément. [rires]. Non, mais sans rire, je pense qu'il faudrait sucrer les ondes à toutes ces radios FM pourries comme NRJ, Virgin, Fun, Skyrock. Je pense que ça ferai déjà beaucoup de bien aux gens.
Nicolas (chanteur): Je pense que c'est aussi aux gens d'être beaucoup plus curieux et d'aller voir en concert des groupes qu'ils ne sont pas forcément très chers mais tout de même de très grande qualité.
Nicolas (bassiste) : Oui voilà, il faudrait permettre aux groupes de faire un maximum de concerts et de leur permettre de vendre leur musique aux gens sans passer par des intermédiaires.
Nicolas (chanteur) : La relation entre qualité et la médiatisation de la musique est vraiment particulière. Après, ça paraît prétentieux de dire ça quand on est un groupe mais moi, je suis un peu énervé quand j'écoute des choses comme Garbage ou ce genre de trucs qui n'a pas vraiment la place dans des festivals comme les Vieilles Charrues surtout qu'en plus, j'imagine qu'ils prennent beaucoup pour ce concert. Je trouve que le partage de l'argent va aussi avec le partage de la musique
Nicolas (Bassiste) : Il y a tellement de gens talentueux qui font des trucs chez eux. Ça doit vraiment partir des concerts la solution à la crise actuelle de la musique. S'il y avait un maximum d'endroits et de structures qui faisaient des concerts dans de bonnes conditions, avec du bon matériel et un bon son. Trois ou quatre lieux dans chaque ville, ça serait déjà pas mal. Les groupes vivraient des concerts et pas seulement des CD qui ne se vendent plus.
Pascal (ami du groupe présent à l'interview) : Moi, je suis assez d'accord sur la curiosité du public. Si tu vas voir un concert où tu connais déjà le groupe qui joue, tu ne vas rien apprendre. Ça peut être cool, je ne dis pas le contraire. Mais si tu vas voir un concert d'un groupe que tu ne connais pas, peut-être que tu n'accrocheras moins mais quoi qu'il arrive, tu en sortiras un peu plus riche, tu connaîtras plus de choses. Mais pour réussir à inciter cette curiosité, je pense malheureusement qu'il faudrait être Superman.

En quoi le festival des vieilles charrues est un super-festival selon toi? Qu'est-ce qu'un super-public selon vous?
Nicolas (bassiste) : Je ne veux pas me mettre tous les bretons dans la poche mais je crois quand même qu'il y a un truc avec la région. Nous, on habite à coté en Normandie et quand on vient ici, tout le monde est toujours cool, aussi bien au niveau des festivaliers que des backstage d'ailleurs. Les gens sont tous contents d'être là. Il y a un truc paisible. C'est «à la cool » vraiment !
Charles Antoine : En fait, la grosse qualité des Vieilles Charrues, c'est que c'est breton et malgré le nombre impressionnant de personnes chaque soir, il y a un truc vraiment convivial. Les gens sont vraiment cools.
Nicolas (chanteur): C'est vrai et puis il y a une liberté qui ne se ressent pas forcément dans les autres festivals. Mais cette liberté, tout le monde la respecte. Je n'ai jamais vu autant de personnes déguisées par exemple ! Tu te sens vraiment le bienvenue ici !


C'est quoi le meilleur super-public que vous pouvez avoir lors d'un de vos concerts ?
Nicolas (bassiste) : Un public présent déjà.
Charles Antoine : Un public qui écoute et qui ne parle pas.
Nicolas (bassiste) : C'est un mec qui est souvent au premier rang de nos concerts en train de chanter. Il a écrit certaines de nos paroles et il s'appelle Super-Pascal. Et il va vous parler tout de suite. 
Super-Pascal : Moi, je dirai un public qui va se focaliser sur le concert plutôt que sur l'écran géant.
Nicolas (chanteur) : Un super public, c'est tous sauf à Caen finalement [rires]. A Caen, il y a plein d'artistes mais c'est vrai que bizarrement et paradoxalement, le public est réputé pour être vraiment mou. 
Nicolas (bassiste) : Souvent les artistes commencent leurs tournées à Caen pour cette raison. Si ça bouge à Caen alors le spectacle est bien rodé. 
Un ami du groupe : Le public est important pour la superformance 

Batman a sa Batmobile, WonderWoman son super-lasso, et vous quels sont vos objets fétiches dont vous ne vous séparez jamais lors de vos tournées.
Nicolas (bassiste) : Nos lèvres parce qu'on se fait toujours un bisou avant un concert.
Charles Antoine : On est pas trop superstitieux finalement.
Nicolas (bassiste) : D'ailleurs, je me suis rendu compte que j'avais joué avec le même tee-shirt que l'année dernière ! Les gens vont penser que je n'ai qu'un tee-shirt. Je tiens à le démentir ! [rires]

Voilà l'interview est terminé. Merci à vous pour ce super-moment!
Un super-grand Merci à vous ! C'était super-cool !

Jesus Christ Fashion Barbe se produira au festival des Inrocks le dimanche 11 novembre à la Boule Noire.