Hanni El Khatib / Rock / Transmusicales de Rennes le 3 décembre 2011

L'annulation de l'Iraninen Kourosh Yaghmanei pour les 33e rencontres Trans Musicales de Rennes - très certainement due à la censure - a malgré tout du bon... Jean-Louis Brossard, le programmateur des Trans, nous a déniché une petite perle du rock US, Hanni el Khatib. Il n'était pourtant pas destiné à la musique, domaine dans lequel il est arrivé presque par hasard après avoir fait ses classes dans le graphisme et le skate.

 

Ce Californien né d'un père Palestinien et d'une mère Philippine accompagné de son batteur, ont terriblement réchauffé le Hall 3 du Parc Expo le samedi 3 décembre qui a même du fermé ses portes car faisant salle comble, avec son rock garage inspiré des années fifties américaines. Pour ceci, l'artiste a repris les titres de son album "will the guns come out" (les larmes sortiront-elles ?).

 

Par ses textes froids disons, le bad boy semblant régler ses comptes avec son entourage notamment dans sa reprise de Louis Armstrong "I'll Be Glad When You're Dead You Rascal You",  on aurait pu pensé que le public sortirait médisant.

 

Mais c'est tout le contraire, le public raffole de ses cris stridents et de ses riffs. L'effervescence est totale, la cohésion entre l'artiste et le public parfaite. Hanni ravi de son passage Rennais, rallumera même les lumières en plein milieu du concert afin de prendre une photo-souvenir.

 

Il finit sur la mélodie la plus pop de l'album - "dead wrong" -, belle chute pour terminer avec grande classe.

 

NK