Rock'n Solex #46

 

Depuis 1967, le campus de Beaulieu de Rennes accueil chaque année le plus vieux festival étudiant français - Rock'n Solex. Du 8 au 12 mai 2013, pour sa 46ème année consécutives, le campus a vécu au rythme de nombreuses animations, de ses célèbres courses de solex et de concerts. The 92nd Street y était pour vous le vendredi 10 mai et vous raconte. 

Vendredi, 19h30, heure de rendez-vous à l'INSA. Nous nous dirigeons vers les entrées des médias où nous rencontrons des photographes tous aussi impatients que nous de pouvoir pénétrer sur les lieux.

 

C'est aux alentours de 20h que les portent s'ouvrent. Sésame au poignet, nous nous rendons vers les derniers barrages avant de se tenir, où quelques heures plus tard, 4500 personnes danseront et crieront un verre à la main. 

 

Ca y est, nous y sommes ! D'ailleurs, nous sommes presque les seuls. Les derniers préparatifs sur scène se font. 

 

On décide alors de faire un tour pour prendre connaissance du lieu. Direction le chapiteau où se trouve l'histoire du Rock'n Solex en image et en coupure de journal - on peut y voir une récapitulation des affiches du festival. On apprend ainsi qu'à sa création, le festival était dédié exclusivement aux courses de solex. 

 

Sous ce même chapiteau, on se fait accoster par une télé locale qui nous interview pour connaître nos sensations et le but de notre visite lors de cette 46e édition du Rock'n Solex.

 

Aux alentours de 21h, on décide de se remettre au "boulot" en se dirigean vers la scène. On constate alors qu'une trentaine de personne se sont regroupées pour acclamer le premier groupe de la soirée : Al'Tarba

 

crédit photo : Sébastien Lecocq
crédit photo : Sébastien Lecocq

Micro et bière à la main, ces deux DJ nous envoie un set plutôt hip-hop qui ravie la poignée de fans embarqués. Al'Tarba nous fait découvrir un univers dynamique et sombre le tout animé par un film projeté derrière eux. 

crédit photo : Sébastien Lecocq
crédit photo : Sébastien Lecocq

A la fin de la prestation, on est tous d'accord pour dire que le show était de qualité. 

 

C'est une première au Rock'n Solex, entre les concerts on ne s'arrête pas. Ajax-Tow s'installe et nous offre un set aux sonorités hip-hop, de quoi motiver les festivaliers.

 

Une demi-heure plus tard, nous revoilà devant la scène pour nous délecter devant les Naïve New Beaters

crédit photo : Sébastien Lecocq
crédit photo : Sébastien Lecocq

Le public se regroupe en masse pour accueillir le trio et chalouper avec eux. On assiste à un vrai show d'une heure pendant lequel David Boring - son chanteur - ne cesse de communiquer avec son public qui joue le jeu et qui se laisse guider. 

crédit photo : Sébastien Lecocq
crédit photo : Sébastien Lecocq

Les Naïve New Beaters nous offre une électro-pop qui chauffe le public et qui lance ainsi la soirée.

 

Après avoir usé de nos privilèges de VIP, on se tient de nouveau devant la scène pour accueillir le nouveau prodige électro : Rone

crédit photo : Sébastien Lecocq
crédit photo : Sébastien Lecocq

Sans excentricité, tee-shirt gris, jean et basket, l'artiste nous dévoile un set sans fausses notes. Rone fait planer la foule avec son électronica sophistiquée. 
Ce concert reste sans doute le meilleur moment de la soirée. 

crédit photo : Sébastien Lecocq
crédit photo : Sébastien Lecocq

La soirée est bien avancée, on se désaltère, on sert quelques poignées de main, on passe devant Pucelle d'Orléans qui assure la transition.

 

Puis c'est avec grand enthousiasme que l'on retourne devant la scène où prend place le parisien Para One - de son vrai nom Jean-Baptiste de Laubier.

crédit photo : Sébastien Lecocq
crédit photo : Sébastien Lecocq

On ferme les yeux et on se laisse emporter par la house de Para One

crédit photo : Sébastien Lecocq
crédit photo : Sébastien Lecocq

On tient encore le coup et on attend celui qui clôturera cette seconde soirée : Brodinski. Petit protégé du label Bromance Records, il nous offre une techno plutôt lourde et reprend de grands noms tels Gesaffelstein, TNGHT ou encore Woodkid sur des visuels à piquer les yeux - épileptique s'abstenir. 

 

Ainsi s'achève la seconde soirée au Rock'n Solex, nous repartons satisfait - regrettant même de ne pas en être le lendemain. Cette année encore, Rock'n Solex nous a offert une programmation éclectique et une belle ambiance festive pour le plaisir de tous.

Rendez-vous à la 47e édition !  

Rédacteurs : JB et MB.

Photographe : Sébastien Lecocq.